278 billets dans la catégorie "Portrait" Flux

LIBERATION de ROUEN 30 Aout 44 - La jeune fille au casque blanc

 Mlle Marguerite Deroux photographiée Place de l'Hôtel de Ville

Rouen44CollNicolasNumériser0839

André Maurois dans le livre qu'il consacra à Rouen après la Libération a brossé de Marguerite Deroux , Agent de liaison cycliste à la D.P sous les ordres du capitaine Severyns un portrait mémorable ( Paris-Normandie 1979 ) .

 

Extrait du livre Rouen Dévasté par André Maurois 1948 :

Marguerite Deroux, la "jeune fille au casque blanc". Son frère , résistant avait été arrêté par les Allemands et déporté.D'un courage inouï, elle partait en estafette sur sa bicyclette, entre les salves, pour renseigner les médecins sur les points de chute et sur les secours nécessaires.Elles avait seize ou dix-sept ans.La guerre finie, le " Jeune Fille au Casque Blanc" a repris modestement ses études de Droit


La sœur d'Adriana était là !

Un petit coup de pub pour la Croix Rouge de Rouen qui, avec beaucoup d'humour, nous appelle à la soutenir.

Adriana n'ayant pu se déplacer en personne, car retenue par le lancement de la campagne annuelle de la Croix Rouge, elle a tenu à nous dépêcher sa sœur jumelle, une rigolote...qui nous montre que la Croix Rouge c'est pas forcément triste.

(Merci au collecteur pour cette photo collector)

P1330266

 


Rouen - Jardin St-Ouen , Émile VERHAEREN (1855-1916)

 Les saints, les morts, les arbres et le vent

Les grand'routes tracent des croix
A l'infini, à travers bois ;
Les grand'routes tracent des croix lointaines
A l'infini, à travers plaines ;
Les grand'routes tracent des croix
Dans l'espace livide et froid,
Où voyagent les vents déchevelés
A l'infini, par les allées.

Rouen_99_3


Arbres et vents pareils aux pèlerins ;
Arbres tristes et fous où l'orage s'accroche,
Arbres pareils au défilé de tous les saints,
Au défilé de tous les morts
Au son des cloches,
Arbres qui combattez au Nord
Et vents qui déchirez le monde,
Oh ! vos luttes et vos sanglots et vos remords
Se débattant et s'engouffrant dans les âmes profondes

Voici Novembre assis auprès de l'âtre,
Avec ses maigres doigts chauffés au feu ;
Oh ! tous ces morts, sans feu ni lieu,
Oh ! tous ces vents cognant les murs opiniâtres
Et repoussés et rejetés
Vers l'inconnu, de tous côtés.

Oh ! tous ces noms de saints semés en litanies,
Tous ces arbres, là-bas,
Ces vocables de saints dont la monotonie
S'allonge infiniment dans la mémoire ;
Oh ! tous ces bras invocatoires,
Tous ces rameaux éperdument tendus
Vers on ne sait quel Christ aux horizons pendu !

Voici Novembre en son manteau grisâtre
Qui se blottit de peur au fond de l'âtre
Et dont les yeux soudain regardent,
Par les carreaux cassés de la croisée,
Les vents et les arbres se convulser
Dans l'étendue effarante et blafarde.

Les saints, les morts, les arbres et le vent,
Dites comme ils se confondent dans la mémoire
Quand les marteaux sautant
A coups de bonds dans les bourdons
Jettent le deuil aux horizons,
Du haut des tours imprécatoires.

Et Novembre, près de l'âtre qui flambe,
Allume, avec des mains d'espoir, la lampe
Qui brûlera combien de soirs, l'hiver :
Et Novembre si humblement supplie et pleure
Pour attendrir le coeur mécanique des heures !

Mais au dehors, voici toujours le ciel, couleur de fer,
Voici les vents, les saints, les morts
Et la procession profonde
Des arbres fous et des branchages tors
Qui voyagent de l'un à l'autre bout du monde.
Voici les grand'routes comme des croix
A l'infini, parmi les plaines,
Les grand'routes et puis leurs croix lointaines
A l'infini, sur les vallons et dans les bois !


Autres tramways

Voici ma bien aimée Tante Fifine devant son tramways de la TCRP au terminus de Stalingrad à Paris, photo en cours de restauration, et une autre, avec son mari, mon oncle Henry MAURIER, un costaud, conducteur, en grand apparat de la TCRP.

Cette ligne desservait toutes les usines jusqu'à Aubervilliers, et au-delà.

Lorsqu'une usine était en grève, Tonton Henry grillait l'arrêt pour ne pas embarquer les "jaunes", qui n'avaient qu'à aller pied...

Dans le même esprit, si quelqu'un manquait de respect à Fifine, qui vendait les billets à l'arrière, Henry arrêtait son tramway, lui collait un marron à l'ancienne et le balançait sur le pavé (en granit), puis repartait.

Pas de mise à pied pour Henry, ni de poursuites des assurances, jamais...

Pas de webcams dans les tramways...il seraient bien surpris aujourd'hui...R.I.P.

VASSAL JOSEPHINE_PARIS TCRP
 


VASSAL JOSEPHINE_PARIS TCRP